L’épouse du chef de l’Etat gabonais, Edith Lucie Bongo Ondimba, est décédée ce samedi 14 mars à Rabat au Maroc où elle était hospitalisée à la clinique royale de l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat depuis le début du mois de février. Médecin de formation, mère de famille dévouée à la cause de l’enfance en difficulté, Edith Lucie Bongo Ondimba est arrachée à l’affection des siens à la fleur de l’âge.

 



Gabon : Edith-Lucie Bongo Ondimba est décédée

Edith-Lucie Bongo Ondimba n’est plus. L’épouse du Chef de l’Etat, selon le communiqué de la présidence de la République gabonaise lu à la télévision nationale RTG1 à 20 h, est décédée ce samedi 14 mars à 16h20 GMT à Rabat au Maroc.

La première dame était admise à la clinique royale de l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat au début du mois du février.

Née le 10 mars 1964 à Brazzaville et fille du président congolais Denis Sassou Nguesso, Edith-Lucie Bongo Ondimba est devenue l’épouse du chef de l’Etat gabonais avec lequel elle a eu deux enfants, une fille et un garçon, en aout 1990.

Titulaire d’un doctorat en médecine et d’une spécialisation en pédiatrie, c’est une mère de famille dévouée à la cause de l’enfance en difficulté qui vient d’être arrachée à l’affection des siens à la fleur de l’âge.

La Première dame du Gabon a créé en 1996 la Fondation Horizons Nouveaux, une institution destinée à aider les enfants en détresse et les handicapés. Cette œuvre de bienfaisance sera suivie par la création du Lycée Michel Dirat et de la Polyclinique El Rapha, une structure sanitaire de référence dont elle présidait le conseil d’administration.

Fermement engagée à la lutte contre le SIDA, Edith-Lucie Bongo Ondimba avait assuré avec brio la toute première présidence de l’Organisation des premières dames d’Afrique contre le SIDA (OPDAS) de 2002 à 2004.

Elle s’est par la suite consacrée avec abnégation à la promotion de l’antenne gabonaise de cette organisation dont les principales missions consistent à mobiliser des fonds en faveur des femmes et des enfants victimes du SIDA.

La première dame du Gabon était membre de l’association Médecins du Monde, une ONG pour laquelle elle a présidé l’antenne du Gabon. Elle a également été présidente d’honneur de la Société Gabonaise de Pédiatrie et de la Société Française de Médecine.

Madame Bongo Ondimba s’est vue décerner la Médaille de Reconnaissance des laboratoires Mérieux, le 31 mai 1996 à Libreville et la Légion d’Honneur française.

Très dynamique, directe et très engagée sur le front social, Edith-Lucie Bongo Ondimba a été élue en juillet 2003 présidente d’honneur de l’Union des femmes du Parti démocratique gabonais (UFPDG), le parti créé par le président Omar Bongo Ondimba en 1968. C’est une femme de caractère, à la fois réservée et incisive qui aura mis son engagement au service de l’action de son époux.

Source : Gaboneco.com/ Ferloo


Dimanche 15 Mars 2009